Saint-Gobain

Comment sensibiliser à thématique du bruit dans la ville, grâce aux data sonores environnantes ?

Design

L’objectif a consisté à symboliser l’absorption de ces sons par les matériaux Saint-Gobain. Il a donc fallu imaginer une représentation visuelle qui exprime l’insertion de ce son au sein de ce matériaux. Cela s’est matérialisé par une « bille de son » invisible qui vient frapper le mur d’image, avant de générer une vague, comme si celle-ci était intégrée dans les matériaux de Saint-Gobain… Avant de disparaître.

Deux types de données sont représentées :

- La multitude de petits sons qui ponctuent notre quotidien en dessous de 60 décibels

- Les sons ponctuels générés par des évènements sonores de plus de 60 décibels


La création a été vue par plusieurs milliers de personnes sur la place Stravinsky (Paris) pendant deux jours.

Concept

Parcours créatif - Le défi de la représentation de data sonores bruyantes et environnantes

Afin de représenter les notions de bruit dans la ville, nous avons évalué plusieurs façons de l’envisager graphiquement.

Contrairement aux représentations sonores classiques (paroles, musique), le type de son à représenter ici était challengeant pour plusieurs raisons :

  1. La représentation du son ambiant : cette multitude de petits sons représentent une charge mentale pour chacun. Mais comment représenter cette multiplicité ?
  2. La représentation d’évènement sonores particulièrement marquants : dans la ville, a intervalles réguliers, des évènements sonores particulièrement bruyants (+ de 70,80 décibels) interviennent : qu’il s’agisse d’un scooter très bruyant, de travaux, du passage d’un camion, klaxons… Il faut que ces évènements sonores puissent cohabiter sur la même représentation de façon logique
  3. Représenter la notion de captation du son par Saint-Gobain : non seulement il est utile et nécessaire de représenter le son, mais ce projet nécessitait également d’imager le fait que les matériaux Saint-Gobain absorbent le son et proposent des habitats insonorisés.

Nous vous proposons de découvrir les différentes étapes créatives qui ont abouti à celle que le public a pu découvrir sur la Place Stravinsky à Paris. 

Première itération : le son comme un flux

Nos premières itérations proposaient l’idée d’un dôme protecteur de différents “flux sonores” qui viennent s’écraser. Bien que cette proposition ait le bénéfice de proposer la protection par les matériaux Saint-Gobain, elle semblait un peu aride visuellement.

Seconde itération : la pluie sonore

Des recherches plus poussées au niveau du son ont permis de constater à quel point le son ambiant de la Place Stravinsky était très atomisé, avec de nombreux petits sons. Aussi il nous a semblé intéressant d’utiliser la métaphore de la pluie pour représenter ces sons.

Troisième itération : ripple effect 

Pour montrer la trace laissée par le son sur notre mental, nous avons aussi envisagé de travailler sur des effets qui fonctionnent avec un effet (cause) et une représentation conséquence visuelle. Spoiler : c’est cette piste que nous avons choisi de travailler pour la suite.


Quatrième itération : vagues sonores

Avant de produire notre toute dernière version nous avons voulu évaluer le potentiel d’une représentation par vague : l’avantage de ce genre de design est qu’il est très sensible aux subtiles variations sonores. Le désavantage est qu’il ne communique que trop peu l’absorption des matériaux. Nous avons donc laissé de côté cette représentation.

Cinquième itération : grille organique

Nous avons repris la même idée mais en la rendant la plus sobre. Ainsi une grille de points est une métaphore de la protection par les matériaux Saint-Gobain : toujours présente, mais sans que l’on s’en rende forcément compte. Lorsqu’un son apparaît, une vague sonore apparaît et absorbe le son au sein des matériaux Saint-Gobain, jusqu’à disparaître.

Un son géolocalisé

6 microphones ont été déployés sur chaque façade de la maison. Ils exposent le son tout autour, de telle sorte que les événements sont représentés selon leur emplacement longitudinal.

Les microphones utilisés sont des H2n de la marque japonaise Zoom. 

Représentation définitive

Pour la représentation finale, nous avons utilisé l’outil Unity. Afin de représenter les sons sur chacune des parties de la création, il a fallu mapper l’input sonore sur chaque scène.


Project Details

Data Created:

Friday, November 15, 2019

Client:

Saint-Gobain

Bright a représenté l’absorption du son par les matériaux Saint-Gobain sous forme d’une création qui évolue en temps réel.

L’objectif a consisté à symboliser l’absorption de ces sons par les matériaux Saint-Gobain. Il a donc fallu imaginer une représentation visuelle qui exprime l’insertion de ce son au sein de ce matériaux. Cela s’est matérialisé par une « bille de son » invisible qui vient frapper le mur d’image, avant de générer une vague, comme si celle-ci était intégrée dans les matériaux de Saint-Gobain… Avant de disparaître.

Deux types de données sont représentées :

- La multitude de petits sons qui ponctuent notre quotidien en dessous de 60 décibels

- Les sons ponctuels générés par des évènements sonores de plus de 60 décibels


La création a été vue par plusieurs milliers de personnes sur la place Stravinsky (Paris) pendant deux jours.

Parcours créatif - Le défi de la représentation de data sonores bruyantes et environnantes

Afin de représenter les notions de bruit dans la ville, nous avons évalué plusieurs façons de l’envisager graphiquement.

Contrairement aux représentations sonores classiques (paroles, musique), le type de son à représenter ici était challengeant pour plusieurs raisons :

  1. La représentation du son ambiant : cette multitude de petits sons représentent une charge mentale pour chacun. Mais comment représenter cette multiplicité ?
  2. La représentation d’évènement sonores particulièrement marquants : dans la ville, a intervalles réguliers, des évènements sonores particulièrement bruyants (+ de 70,80 décibels) interviennent : qu’il s’agisse d’un scooter très bruyant, de travaux, du passage d’un camion, klaxons… Il faut que ces évènements sonores puissent cohabiter sur la même représentation de façon logique
  3. Représenter la notion de captation du son par Saint-Gobain : non seulement il est utile et nécessaire de représenter le son, mais ce projet nécessitait également d’imager le fait que les matériaux Saint-Gobain absorbent le son et proposent des habitats insonorisés.

Nous vous proposons de découvrir les différentes étapes créatives qui ont abouti à celle que le public a pu découvrir sur la Place Stravinsky à Paris. 

Première itération : le son comme un flux

Nos premières itérations proposaient l’idée d’un dôme protecteur de différents “flux sonores” qui viennent s’écraser. Bien que cette proposition ait le bénéfice de proposer la protection par les matériaux Saint-Gobain, elle semblait un peu aride visuellement.

Seconde itération : la pluie sonore

Des recherches plus poussées au niveau du son ont permis de constater à quel point le son ambiant de la Place Stravinsky était très atomisé, avec de nombreux petits sons. Aussi il nous a semblé intéressant d’utiliser la métaphore de la pluie pour représenter ces sons.

Troisième itération : ripple effect 

Pour montrer la trace laissée par le son sur notre mental, nous avons aussi envisagé de travailler sur des effets qui fonctionnent avec un effet (cause) et une représentation conséquence visuelle. Spoiler : c’est cette piste que nous avons choisi de travailler pour la suite.


Quatrième itération : vagues sonores

Avant de produire notre toute dernière version nous avons voulu évaluer le potentiel d’une représentation par vague : l’avantage de ce genre de design est qu’il est très sensible aux subtiles variations sonores. Le désavantage est qu’il ne communique que trop peu l’absorption des matériaux. Nous avons donc laissé de côté cette représentation.

Cinquième itération : grille organique

Nous avons repris la même idée mais en la rendant la plus sobre. Ainsi une grille de points est une métaphore de la protection par les matériaux Saint-Gobain : toujours présente, mais sans que l’on s’en rende forcément compte. Lorsqu’un son apparaît, une vague sonore apparaît et absorbe le son au sein des matériaux Saint-Gobain, jusqu’à disparaître.

Un son géolocalisé

6 microphones ont été déployés sur chaque façade de la maison. Ils exposent le son tout autour, de telle sorte que les événements sont représentés selon leur emplacement longitudinal.

Les microphones utilisés sont des H2n de la marque japonaise Zoom. 

Représentation définitive

Pour la représentation finale, nous avons utilisé l’outil Unity. Afin de représenter les sons sur chacune des parties de la création, il a fallu mapper l’input sonore sur chaque scène.



Project Details

Client :

Saint-Gobain

Date :

November 15, 2019

Team :

Bright

Distribution :

Événementielle

Un complément d'informations ?

Contactez-nous
We love what we do!

Related Projects

Do you have a question? Contact us now!

Contact Us

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
+33 1 82 83 66 63
Contact
Démo gratuite